Medical-fantasy

De Narolistes
Ceci est une page concernant un univers

Introduction

A force de titiller l'atome, ça devait arriver... la Grande Fracture !

Et le résultat n'est pas terrible aujourd'hui... quand je pense au nombre de fois où j'aurais pu y passer !!! Den -mon érudit - fait tellement de boucan quand nous nous déplaçons ! Faut dire qu'avec son allure de crevette décharnée, tout pâlot, ses grands bras de chimpanzé, son crâne dégarni et ses genoux cagneux... l'est vraiment pas aidé !

Si ce n'était mon ami - et s'il n'avait pas la Pression - je l'aurais déjà baillonné et attaché dans un coin !

Faut dire que c'est pratique son truc - la Pression ! Avant, j'étais das un groupe, on était tous des gros bras. Une nuit les "lucioles" sont arrivées... oui je sais, on les appelle les "Stups" d'habitude, mais moi ces petits vers fluos ça m'a toujours rappellé les lucioles que mes parents mettaient sur ma table de chevet pour m'aider à dormir. Sauf que celles-ci... ce sont de sacrées saloperies !!! Un soir donc, elles se sont ramenées à plusieurs. Ells ont commencé par le veilleur qui s'endormait... je sais pas pourquoi ces saletés sont attirés par les dormeurs comme des mouches sur une merde fraiche ! Ensuite ce fut le "Sup" qui dormait un peu à l'écart, puis 4 ou 5 autres je sais plus. Bref, au réveil les infestés commençaient tout juste à se relever quand l'un de nous à hurlé de déguerpir en vitesse. Finalement nous ne sommes que deux à en être sorti... Arti et moi on a couru comme des dératés... mais il s'est pris les pieds dans une racine et s'est méchament mangé une pierre dans la tronche... il ne voyait plus rien et était à moitié groggy ! Dérrière, une éxotique venait d'apparaître, pas bien rapide mais elle était déjà en train de projeter ses spores sur Arti l'enfoirée ! ...il était foutu ! Ce serait probablement le futur coccon de la Reine...

J'ai courru, encore et encore, pendant plus d'une heure... quand je suis tombé sur Den.

Il avait l'air tellement effrayé que j'ai cru qu'il était stupéfié au début. Il a fallu que je lui pointe mon calibre sur son front pour qu'il me supplie de l'épargner. C'est bien... les infestés ne parlent pas...

On a fait un bout de chemin ensemble. Je connaissais un avant-poste pas loin. Enfin pas loin... ça faisait quand même 4 jours de marche dans cette fichue pampa... le Morvan quand on connaît pas, c'est des arbres et des arbres à perte de vue, surtout depuis la Grande Fracture, je sais pas pourquoi non plus mais les arbres poussent bien plus vite depuis... quelques barraques parsemées, en général grouillant d'infestés...

Den me raconta qu'il avait survécu comme il pouvait, il avait trouvé un trou pas loin avec une petite resurgence de source et quelques arbres à baies. Il ne s'est pas planté et n'a pas bouffé de genévrier noir... il ne devait donc pas être trop con. Plus tard bingo ! Il m'apprenait qu'il était ingénieur avant la Grande Fracture, que c'est un beau matin de mai que sa femme et sa fille ont tenté de le bouffer... il s'est barré fissa et s'est enterré pendant 3 semaines jusqu'à ce que je le retrouve et lui donne la trouille de sa vie ! Auparavant il concevait des circuit éléctriques pour l'éléctronique de voiture. C'était un bon parisien.. en vacances au vert au moment de la Grande Fracture. Une chance !

Depuis, il ne me quittait plus, et du coup nous dormions tranquille... enfin surtout lui... il n'était pas doué pour les tours de garde ! Avec sa Pression, aucune luciole ne s'approchait de nous. Bon ce n'était pas le cas des infestés mais ça, j'en faisais mon affaire. En tant qu'ex pompier de Paris, je manie la hache comme personne ! Nous avions donc rejoint l'avant-poste... pour nous rendre compte qu'une colonie poison les avaient infiltrés. Nous étions donc en route pour la Colonie. Ils nous avaient missionné pour extraire de quoi fabriquer un vaccin...

Oh trois fois rien... il fallait nous enfoncer dans le vieil hôpital blindé de "lucioles" et trouver la cellule primordiale pour y extraire de l'éther natif et le ramener à l'avant-poste en espérant qu'ils auraient assez de temps pour fabriquer le vaccin.

Mais c'était ça nos vies à présent. Survivre à nos besoins naturels. Survivre aux Stups. Survivre aux infestés. Rester discrets et suffisament organisés pour réussir à déjouer les attaques des colonies...

Bon allez, assez perdu de temps à écrire dans ce fichu journal. Enfin, j'imagine que ça fait du bien de vider son sac. C'est ce que me disait ma frangine. La pauvre, elle avait beau être sage-femme, elle n'avai pas les dons des Erudits pour autant...

- Beranger NATHAN, Bras itinérant, juin 2143

Présentation générale

Le medical-fantasy est un univers décalé mettant en scène des aventures fantastiques dans un univers médical. L'aventure fonctionne selon les mêmes ficelles qu'un JDR autre mais met en scène des quêtes articulées autour d'une énigme médicale symbolisée ou réelle ou simplement dans un univers hospitalier pour le coup inhospitalier.

Medical-Fantasy est un univers basé sur un évènement majeur : la Grande Fracture. Où deux dimensions aux lois naturelles différentes se sont mélangés et avec l'apparition d'une espèce de parasites adaptatifs très dangereux : les Stups.

L'histoire raconte la survie de groupes de survivants en proie aux difficultés liées à la survie élémentaire, au développement d'un groupe évolué et aux missions liées au combat spécifique contre les Stups et leurs larbins, les infestés.

L'aspect médical se retrouve dans l'emploi privilégié de matériel et de talents spécifiques liés à la nature même des infestés et des Stups, à la fois danger mortel et source de substances thérapeutiques et évolutives.

Des aspects de gestion seront également mis en place avec une possibilité de gestion de base avancée.

L'ensemble de l'univers permet autant de gérer une histoire unique que de créer une campagne avec la création d'un groupe de résistant et l'amélioration d'une base au fil des sessions de jeu.

Le système de jeu est très libre avec une tendance narrativiste très grande ou le MJ occupe une place centrale dans la résolution des défis. MJ et PJ sont invités conjointement à participer à la construction de l'histoire.

Maériel requis : 1 D100. Fonctionnement en système de pourcentage avec un système de bonus. D'autres dès peuvent être requis en cas de campagne, notamment pour la construction de la base.

La grande Fracture

Alors que le monde faisait état d'une grande avancée technologique et humaine, il y eut un évènement des plus graves entamant la trame même de l'espace-temps de notre dimension.

Ce monde qui voyait se faire manipuler l'atome, les particules, le temps et les forces fondamentales, pu assister au désastre scientifique que fut la Grande Fracture. La trame de l'espace et du temps fut déchirée et deux dimensions aux lois naturelles se rencontrèrent dans un fracas non sans heurts. Une forte proportion de l'humanité et du biotope terrien disparut au profit de "l'infestation"... ainsi nomma-t-on la fusion des entités extra-dimensionnelles avec les personnes fragiles du plan terrien. Ces entités que l'on dénomma alors les "stup'" en diminutif de "stuporeux" pour qualifier cet état primordial où les victimes perdaient alors tout contact avec la réalité avant de perdre définitivement le contrôle de leur corps, comme évincé, exproprié de chez eux...

La vie sur Terre

La Grande Fracture fut à l'origine d'une extinction massive des espèces vivantes sur Terre. On ne sait pourquoi, seules quelques espèce purent survivre au prix de transformations corporelles et dans leur caractère. On ne constata jamais d'infestation d'animaux par les Stup mais qui sait quelles étaient toutes les capacités de ces entités. Les insectes furent une branche de la faune qui s'émancipa particulérement avec l'infestation... comportement organisé et dévastateur, résistance accrue, vitesse et capacités de mouvement surdéveloppée, et bien entendu... un appétit en conséquence !

Les Stups

Même si globalement la plupart des Stup étaient liées à un humain, quelques entités libres furent constatées sous la forme de vers lumineux de quelques centimètres en lévitation, baignant dans un nuage évanescent qu'on eut tôt fait de nommer "éther". Il fut également remarqué que plus la couleur de cette éther tirait vers le rouge, plus l'entité était capable de manipuler. Certains Stup firent même preuve de capacités hors du commun, même hors d'un corps ! Il fut bien difficile pour les survivants de résister à l'infestation. Quelques uns survivèrent en restant tapis dans de sombres abris et en vivant de plantes et d'eaux ruisselantes... Les plus à même de s'adapter à ce nouvel environement hostile furent quelques chanceux qui réussirent à trouver par hasard et après bien des risques une faille dans les mécanismes de l'infestation, ce furent les Résistants.

Certaines capacités des Stup furent rapidement découvertes comme lers capacités télépathiques entres elles qui leur permettent de coordonner leurs actions d'infestations. On découvrit aussi qu'ils pouvaient passer d'un corps à l'autre en laissant le premier dans une profonde lethargie et donc aux mains des prédateurs pendant plusieurs heures avant de revenir à une conscience progressive avec une amnésie totale lentement récessive. Ainsi, certains Résistants que l'on baptisa Revenants développèrent une résistance totale et naturelle aux Stup.

On classa les Stups selon la couleur de leur éther :

Stup blanc = Larve stup lente et peu capacble d'infestation
Stup jaune = Nymphe, lente et capable d'infestation "Standard"
Stup Orange = Stup évoluée, mature très rapide à l'infestation mais très lente au déplacement
Stup Rouge = Stup rapide, du double de la taille d'un Stup, rapide et très puissante en infestation
Stup Pourpre = Stup de taille standard, aux capacités peu odinaires et variantes à chaque fois. On les nomma les "exotiques" en vertue de leurs capacités en dehors du commun...

Description sommaire des Stups :

Taille et forme : environ une dizaine de centimètres, sous la forme d'un ver lisse et cylindrique de 2 centimètre d'épaisseur.
Couleur : blanc lumineux, éclairant comme une bougie
Consistance : mou, gélatineux et froid
Vitesse de déplacement : en lévitation, de 0,1 à 1m/s en fonction de leur maturation
Taille et forme de l'éther : variable, en général plus la larve est mature plus l'aura étherée est grande
Comportement social : organisés en colonie

L'organisation en colonie des Stups répondait à un besoin d'organisation pour l'infestation. Les Stups se rabattèrent quasi-exclusivement sur les humains comme hôtes dès les premiers temps de la Grande Fracture, comme s'ils avaient remarqué que l'humain était un hôte des plus intéressants par ses capacités. Quelques animaux de leur dimension d'origine furent croisés par certains groupes, parfois même non-infestés, mais ils étaient rares et leur infestation ne durait guère plus de quelques jours ou semaines devant une dégradation tissulaire très rapide. On en déduit donc que l'humain représentait une aubaine évolutionniste pour les Stups et donc des cibles privilégiées. Ainsi donc, l'humain était intéressant, mais il était aussi plus difficile à "chasser" pour les Stups, bien plus encore en ce qui concernait les Erudits.... mais les Bras faisaient très bien l'affaire et étaient particuliérement résistants à l'usure. Il fallut donc pour les Stups s'organiser et ce fut la Colonie qui fut l'organisation privilégiée par les Stups.

Le cycle de vie des Stups est apparu au fil des observations des érudits patients qui y ont vu un moyen de rééquilibrer les chances de survie. Lorsque les Stups sont en nombre et rassasié en énergie vitale au sein de leurs infestés, ils font converger ces dernier en un lieu retiré dont la géographie et l'architecture dépendent de leurs capacités. Les infestés finissent par fusionner en un coccon magmatique de chairs en putréfaction. Une fois les barrières physiques des corps infestés franchies vers la chambre de fusion qui centre le coccon, les Stups entrent en contact et leurs parois fusionnent pour mélanger leurs capacités. Au terme d'une période d'affinement du processus, pouvant varier de quelques minutes à quelques jours, une cellule-mère Stup émerge et mature jusqu'à éclosion des larves. On estime que par ce processus, environ 10 à 20 fois plus de larves que les Stups parentaux sont ejectées du coccon. Les observations ont montré que plus la maturation était rapide, plus les larves étaient faibles et de capacité limitée. On a pu observer certains coccons prendre des formes diverses... de la simple boule de chair au sol à une structure ressemblant à un tronc d'arbre mort en passant par la tige sporulée ou la limace mobile. Certains coccons se sont ainsi retrouvée éclore au sommet d'un arbre ou au fond d'un étang. Les lois régissant les formes et capaités du coccon semblent cependant constantes :

Les larves ont vu sélectionner une certaine proportion de l'ensemble des compétences des Stups parentaux.
Cette sélection se fait au hasard parmis les capacités des parents.
Au maximum, le nombre de capacités larvaires ne peut excéder celui du parent avec le plus de capacités +1.
Les capacités antagonistes s'annihilent après sélection.
Jusque 5 parents peuvent fusionner pour former une seule forme de larve sélectionnée.
On a rarement vu des larves exprimer plus de 2 ou 3 capacités différentes, à l'exception des "Exotiques".
Les capacités des Stups se repèrent dans l'apparence et les capacités des infestées et non sous leur forme libre. Il est donc impossible de
prédire les capacités d'un infesté à partir d'un Stup inconnu.

Certains affirment avoir tué des Stups libres. Lorsqu'on leur posa la question à chacun, ils ne purent donner que des histoires plus extravagantes les unes que les autres. D'aucuns dirent, honnêtement, qu'ils criaient à plein poumon alors que le Stup s'apprêtait à entrer par leur bouche, que le Stup sembla se fragmenter de lui-même, laissant le survivant... sans voix ! ... d'autres par contre parlèrent d'un reflexe de survie où ils croquèrent à pleine dent le Stup ou l'extrayèrent in extremis d'une oreille avec une pince à dénuder... Certains miraculés racontèrent également qu'ils secouaient violemment leur ami stupéfié lorsqu'une gelée fluorescente s'écoula de leurs oreilles. Certains périrent, d'autres survécurent. Ce qui est certain c'est qu'avec les années on découvrit une façon d'extraire les Stups alors que leur hôte était à peine infesté. On se rendit compte que le Stup entré par une ouverture (oreille, bouche ou autre orifice naturel) était vulnérable au moment ou il tentait de s'infiltrer par la nuque dans la colonne vertébrale pour y contrôler l'hôte définitivement. Il se retrouvait donc sous la peau quelque part dans la nuque, en général plaqué contre la colonne vertébrale dans une des goutières naturelles des vertèbres formés par leurs reliefs. Une dissection rapide et efficace permettrait alors de libérer l'hôte sans pour autant lui donner d'immunité.

On remarqua que le matériel médical était particuliérement adapté pour survivre à long terme. Un bon scalpel pouvait sauver un ami si on savait le manier. Tout le matériel de cathétérisme était particuliérement adapté pour récupérer l'essence d'infesté qui avait de grandes capacités thérapeutiques. Les scies et autres ustensiles de chirurgie lourde permettaient d'ouvrir les coccons pour y récupérer les cellules primordiales qui pouvaient servir aux vaccins... bref, la médecine, quoique détourné avait encore de beaux jours devant elle !!!

On ne peut pas caractériser les Stups d'espèce consciente. Quand bien même ils usent de télépathie pour se coordonner, leur fonctionnement se référe davantage aux espèce parasites et adaptatives telles les virus, les bactéries, les champignons et les ôtes saprophytes humains (vers nématodes, etc...). Ainsi on observe les Stups se comporter avec les humains comme ces parasites. Atteignant une cible particulière en fonction des compétences propres de chaque colonie, faisant état d'un fonctionnement spécifique. L'identification des fonctionnements de colonie permet alors aux groupes en lice d'identifier la faille permettant de survivre voire de prendre le dessus dans la bataille. on réussit alors à caractériser de grands Type stratégiques pour ces colonies.

Les Résistants

Organisés en groupes d'une dizaine à une cinquantaine d'individus, les Résistants représentent le reste de l'humanité. On se rendit compte que les plus intelligents développaient une résistance et une capacité à repousser les Stup par leur simple volonté, ce qu'on appella la Pression Stup ou plus simplement Pression. Bien entendu certains Stups étaient plus forts que d'autres et ces dons ne suffisaient pas toujours.

On constatat rapidement que les personnes qui résistèrent aux Stups ne furent pas forcemment les plus adaptés physiquement au monde d'après la Grande Fracture. De constitution plutôt faibles, ils étaient porteurs d'une intelligence développée. En revanche, leur fragilité de constitution fut la cause de créations d'ordres oligarchiques avec à leur tête ces "érudits" et sous leurs ordres, quelques personnes d'actions, nommés les "Bras", dévouées à la cause commune, la survie du groupe. Quelques insurrections eurent lieu et finirent invariablement par la mort du groupe entier. Les Bras finirent par se rendre compte qu'ils ne survivraient pas longtemps sans les dons des érudits et leur capacité de gestion. En apparence l'insurrection était loin mais la rancoeur veillait dans les groupes avec une tension souvent palpable et la nécessité de recourrir à des arbitrages militaires orchestrés par des Bras expérimentés souvent auto-proclamé "Sup" ou Bras supérieur et assumant le rôle de chef militaire, de sheriff et de médiateur avec les érudits.

La vie du groupe Résistant s'organise donc autour de la survie. La découverte d'un abris naturel progressivement renforcé par l'afflux de résistants et leur organisation donnait généralement naissance au groupe. Issu d'un noyau dur, souvent un bras allié à un érudit rencontré en chemin. L'érudit guidant le bras dans la réalisation de tâches techniques et de survie avancée, le Bras protégeant le noyau de par sa force et ses compétences physiques. Ainsi s'instaurait une co-dépendance et une complémentarité entre l'érudit et le bras. Le temps et la survie avançant, les groupes s'étoffaient et c'est arrivé à un certain seuil d'importance que les problématiques de compatibilité de caractère généraient des conflits nécessitant un mâle alpha parmis les bras, le "Sup" ainsi émergé, le groupe pouvait continuer à grandir et à s'organiser.

Certains groupes tentés par la démonstration de force furent tenté de construire des abris de surface avec palissade voire murs pour les plus chanceux. Souvent ces groupes furent exterminés par une invasion soudaine d'infestés... de jour comme de nuit, le danger d'une activité trop ostentatoire restait celui d'attirer cette lie infecte de l'humanité détournée. Les Stups quant à eux, étaient généralement repoussés par les dons érudits, plus particuliérement par la Pression stup. Seuls quelques "Rouges" ou quelques "Exotiques" reprensentaient réellement un danger d'infestation pour les groupes organisés, mais heureusement, ces exceptions n'étaient pas courantes.

Les groupes élisaient donc domicile dans des abris naturels, des parkings souterrains, des sous-sols de maison, d'immeuble... généralement pas trop loin d'une source d'eau potable et d'un lieu où trouver quelques subsistances.

Les infestés

Autant que l'on put s'en rendre compte... Les survivants malades, blessés ou instables de la Grande Fracture furent les plus facilement dominés par les Stup. Par la suite, on observa que les malades faisaient non seulement une proie facile mais attiraient de loin les Stup libres... On évoqua plusieurs raisons comme l'émission d'ondes cérébrales modifiées sans jamais en avoir la confirmation. Cependant, ce fut à partir de ce moment là que les groupes de Résistants s'organisèrent pour qu'il y ait toujours un veilleur de nuit.

Les infestés passaient donc par une phase de stupeur après l'infestation. Celle-ci durait quelques heures et souvent, quelques Stup libres veillaient autour du corps le temps de la domination. Par la suite, le corps des infestés se décomposait lentement, parfois pendant plusieurs année avant de tomber en ruine, chaire après chair, membre après membre. On put observer des groupes d'infestés en stase dans quelques marais recouvert d'une épaisse couche gluante de sécretions acides. Il sembla également qu'on put revoir certains infestés comme régénérés dans ces contrées sombres. On qualifia de Nid d'infestés ces endroits obscurs fourmillant d'infestés mais où, semblait-il, l'on n'avait jamais vu de Stup libre...

On se rendit compte par hasard que le sang d'infecté, leur essence, avait de grandes capacités thérapeutiques. Il pouvait guérir très rapidement certaines blessures, servir d'antibiotique, avait des capacités anti-inflammatoires puissantes et était la base de nombreux médicaments pour peu que les Erudits disposaient du bon équipement. La chasse à l'infesté était parfois une nécessité vitale en dehors des considérations éthiques. Leur chair par contre renfermait un poison puissant qu'il était sage d'éviter d'ingérer... il fallait donc du talent pour récupérer le sang sans le poison.

On ne vit jamais d'infesté revenir spontanément à la conscience libre. Dans certains cas, le Stup libérait son hôte avec une chance sur deux de survivre à cette libération. Quelque fois un Stup en remplaçait un autre dans le même corps, permettant à l'hôte de survivre. On vit même quelques groupes réussirent à faire quitter un hôte par son Stup par une "recette" dépendant de la force de l'hôte et le Type stratégique du Stup et de sa colonie.

Bestiaire :

Bestiaire originel de la dimension Stup

Mogg ...espèce de chimpanzé, 4 pattes reliées par un torse avec deux yeux sur chaque face, sans poil, mucus gluant sur la peau
Kirsten ...espèce de chien à 6 pattes, des replis de peau font comme des dreads sur la tête, poilu sur le corps, sans poil sur la tete
Krill ...espèce d'oiseau, 1/3 de son corps est représenté par son bec à dents acérées, sans poil ni plume, rouge sang
Gorbak ...espèce d'ours sans tête, 4 pattes au sol mais peut se tenir debout et libérer les 2 pattes du dessus. 8 paires d'yeux sur le corps
Crédence ...espèce d'amibe géante et translucide, se fixe sur une surface verticale, enveloppe quiconque s'appuie dessus.

Les Stups

Les larves
Les nymphes
Les évo
Les rouges
Les éxotiques

Les rampants

Croûteux
Décharné
Flaque
Boueux
Membres errants
Insectoïdes

Les marcheurs

Décharné
Baveux
Erotik
Piqueuse

Les rushers

Acharnés
Psyko
Handyman
Pesteux

Les stunners

Chose
Stripper
Rocheux

Les mystiques

Cracheur
Puant
Lyrique
Spummeux
Vapeur

Personnages non-joueurs :

Inventaire :

Dons érudits

Les dons érudits sont en fait les capacités mentales particulières des érudits. Au cours de la Grande Fracture, certaines lois physiques se sont vues modifiées et certaines caractéristiques mentales ont vu leur émergence.

Dons érudits communs

Ce sont les dons accessibles par tous les érudits. Devenir un érudit sous-entend acquérir la capacité Pression stup.

Pression stup
Charisme
Vue psychique
Hypnose
Contrôle mental

Dons érudits exotiques

Ce sont les dons acquis par les érudits Revenants.

Tachypsychie
Télékinésie
Marcheur de rève
Contrôle stup
Berserker

Dons soma

Ce sont les dons que peuvent développer les Bras sous couvert d'entraînement et d'expérience

Dons mineurs

Devenir un Bras signifie acquérir un des dons suivants.

Résistance
Résistance poison
Résistance blessure
Combat rapproché
Combat à distance
Combat arme à feu
Survie élémentaire
Survie avancée
Sportif
Grande gueule

Dons majeurs

Avoir acquis tous les dons mineurs permet au Bras de réclamer à devenir Sup. S'il réussit le passage Sup, il acquiére automatiquement Charisme sup.

Charisme sup

Scenarii :

Narolistes (discussion) 17 avril 2016 à 06:47 (EDT)